Quabar des Monceaux, l’as des As Partie 2

Né en Normandie chez André et Chantal Magdelaine, Quabar des Monceaux est un fils de Nabor LS et de Gina des Monceaux, par Rosire. Racé et styliste à l’obstacle, Quabar s’est illustré jusqu’au plus haut niveau du circuit poney, s’adjugeant les multiples titres les plus prestigieux. Afin de retracer les meilleures performances de l’étalon bai, EQ laisse la parole à celles qui en parlent le mieux : Ninon Castex, Charlotte Lebas et Romane Orhant, ses trois cavalières successives. Nous vous proposions de découvrir le passé de Quabar des monceaux avec Ninon Castex. Place maintenant à Charlotte Lebas, de 2014 à 2017 :

« En 2014, je suis venue aux écuries de Beauclerc pour m’entraîner avec Claude Castex. Il a parlé de Quabar à mon papa lorsque Ninon avait passé l’âge limite du circuit poney. On a été surpris car on n’avait pas l’objectif de récupérer un tel poney pour de telles épreuves pour cette saison 2015. Avant que je ne commence à le monter, je le voyais comme un entier un peu caractériel, il m’impressionnait pas mal. On s’est accordé un peu sur une épreuve AS Poney 2, puis une AS Poney 1 et tout s’est suivi assez rapidement, jusqu’à commencer ensemble les Grand Prix. Nous n’avions pas anticipé une telle ascension, tout a été beaucoup plus vite que prévu. Quabar est vraiment unique, il est très attachant, à l’écoute et compétitif. »

Encore de l’or

« Nous envisagions une année en AS Poney 2 et 1 et voilà que nous étions déjà champions de France en Grand Prix Excellence ! Cette victoire, j’en étais très heureuse, c’est mon plus beau souvenir à ses côtés. Un an auparavant, je n’aurais pas imaginé une seule minute que je serais là, au milieu de tous les cavaliers poneys, à remporter l’épreuve phare du circuit. Cette même année, nous partons en Suède avec les Bleus pour les championnats d’Europe à Malmö. On en revient avec la médaille de bronze par équipes et une seizième place en individuel. Je pense qu’il me manquait un peu d’expérience pour obtenir un meilleur résultat en individuel pour mes premiers championnats d’Europe, même si je n’en étais absolument pas déçue ! La saison suivante se passe bien et, aux championnats de France 2016, nous terminons huitièmes et gagnons notre ticket pour les Europes à Vilhelmsborg. Ce n’est pas mon meilleur souvenir, puisque le championnat s’est arrêté sur l’obstacle numéro dix de notre premier parcours. Une malheureuse incompréhension a eu raison de moi et je suis tombée, ce qui signifie l’élimination immédiate. Nous n’en repartons que plus motivés pour la saison suivante 2017, où nous sommes vice-champions de France. Après un faux départ le premier jour, car j’ai toujours eu un peu plus de mal avec Quabar qui est plus chaud que les jours suivants, nous remontons à la seconde place grâce à des sans-faute successifs. Nous partons alors pour nos troisièmes et derniers championnats d’Europe, à Kaposvár cette fois. Classés quatrièmes par équipes et onzièmes en individuel, j’avoue ressentir une pointe de déception d’avoir été si proche du podium par équipes. J’avais à cœur de bien faire, et on aimerait toujours mieux faire. Les conditions étaient réunies pour réaliser une meilleure performance mais ce sont les aléas du sport ! Toujours est-il que j’en garde un super souvenir et, si c’était à refaire, je ferais pareil ! Sans Quabar, je n’aurais jamais pu atteindre ce niveau aussi si vite, c’est grâce à lui que j’ai pu vivre toute ces expériences, toutes ces belles choses. Sans lui, rien de tout ça n’aurait été possible. »

La semaine prochaine, EQ revient sur le parcours de Quabar sous la selle de Romane Orhant, sa nouvelle cavalière. Le couple concourt d’ailleurs cette semaine pour la finale du FEI PJT !

Par Juliette Baudais © Camille Kirmann

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *