Molly Hugues Bravo : « Bébé, j’avais l’habitude de m’assoir devant mes parents à cheval »

Molly Hughes Bravo a le talent dans les veines. Sa mère n’est autre que l’Irlandaise Marion Hughes, sélectionnée pour les Jeux olympiques d’Athènes en 2002. Après trois sélections en championnats d’Europe, la jeune cavalière est en tête du Poney Jumping Trophy, suite à ses victoires aux étapes de Herning et Lyon. Âgée de seize ans, Molly Hugues Bravo va cependant devoir quitter la compétition Poney au 1er janvier 2019…

EQ : Comment avez-vous commencé à monter à cheval ?

Molly Hughes Bravo : Mes deux parents sont cavaliers professionnels. Ma mère, Marion Hughes, a concouru lors des Jeux olympiques de 2002, à Athènes. Mon père, Miguel Bravo, a également participé à des compétitions de haut niveau. Cela m’a beaucoup aidée au cours de mon enfance, puisque j’allais sur les terrains de concours avec eux. J’ai ainsi pu rencontrer des cavaliers, parmi les meilleurs mondiaux, et apprendre toujours plus sur ce sport. C’était donc une expérience extraordinaire pour moi. Monter à cheval, et encore plus le saut d’obstacles, ont toujours été une passion naturelle ; avoir des parents cavaliers professionnels était juste un plus, pour moi. Même bébé, j’avais l’habitude de m’assoir devant mes parents qui étaient à cheval. J’aimerai toujours cela et j’espère continuer à rencontrer ce succès dans le futur, avec les chevaux.

EQ : Ressentez-vous de la pression d’avoir ainsi des parents reconnus dans ce monde ?

MHB : Même si mes parents sont cavaliers professionnels et concourent à l’international, cela n’a jamais été une pression pour moi. Je ne me suis pas fixée le but d’être aussi bonne qu’eux, mais simplement de faire de mon mieux.

Molly Hughes Bravo est pour l’instant en tête du circuit FEI du Jumping Pony Trophy. Un titre qui lui a échappé de peu l’an passé.

EQ : À Lyon comme à Herning, Carrickaduff Pet a fait forte impression. Pourriez-vous nous la décrire ?

MHB : À la maison, nous la surnommons Beauty ! Je l’ai eue quand elle avait sept ans, c’était donc il y a trois ans. C’était ma première ponette D, et nous avons créé ensemble une superbe relation, nous nous connaissons par cœur ! Beauty est une ponette très originale, qui aime avoir son indépendance et faire ses propres choix. J’essaie de ne pas trop interférer avec elle, et je la laisse faire ce qu’elle veut. Je lui fais énormément confiance. C’est une ponette très rapide, et les barrages lui vont à ravir, car elle possède une vitesse naturelle. Si elle peut se montrer paresseuse et détendue à la maison, quand nous allons en compétition, elle s’illumine et devient très excitée ! Beauty m’a permis de prendre vraiment confiance en moi, elle est définitivement la meilleure ponette à mes yeux.

EQ : Montez-vous d’autres poneys ou chevaux ?

MHB : Nous habitons dans une écurie, il m’arrive donc de monter d’autres chevaux, notamment des jeunes, dans des compétitions locales ou simplement à la maison. Quand j’avais quatorze ans, j’ai participé aux compétitions Enfants, à cheval. Ensuite, je me suis principalement concentrée sur les poneys. Au début de l’année prochaine, je vais devoir me focaliser davantage sur les jeunes chevaux et, avec un peu de chance, en trouver un plus âgé qui me convienne pour la compétition. Cela va vraiment me briser le cœur de ne plus pouvoir concourir avec Beauty. C’est le poney d’une vie, mais je serai heureuse de la voir continuer la compétition avec ma jeune sœur. Je ne l’oublierai jamais, elle sera toujours une des plus belles choses qui me soient arrivées.

EQ : Quel est votre plus beau souvenir avec elle ?

MHB : Mon meilleur souvenir date de novembre 2017, lorsque nous avons gagné le Pony Trophy, à Stuttgart. Cela restera à jamais gravé dans mon cœur, car c’était notre première grosse victoire.

EQ : Et un souvenir moins joyeux ?

MHB : Je n’ai pas vraiment de mauvais souvenirs avec Beauty, car elle est toujours égale à elle-même, une véritable star ! Cependant, cela va vraiment être un déchirement au 1er janvier 2019, quand je passerai l’âge limite et que je n’aurais plus le droit de la monter en compétition.

EQ : Que vous a apporté la compétition poney ?

MHB : Pouvoir prendre part à ces compétitions 5*, observée par une importante foule, mais aussi par des cavaliers professionnels de niveau international, est une expérience folle. C’est pourquoi j’aime participer au Poney Jumping Trophy. J’ai tellement appris grâce ces compétitions ! Et Beauty également ! C’est aussi très important pour les cavaliers poneys de pouvoir regarder les compétitions 5* et ainsi d’apprendre au contact des plus grands cavaliers.

Détenante des passeports irlandais et portugais, la jeune championne a choisi de représenter les couleurs portugaises, afin de conserver un lien avec le pays de son père.

EQ : Vous vivez en Irlande mais concourez sous les couleurs portugaises. Pourquoi ce choix ?

MHB : Comme je vis en Irlande, je souhaitais garder une connexion avec le Portugal, c’est pourquoi j’ai choisi de concourir sous leurs couleurs. Cela a évidemment rendu mon père très fier ! Et je suis heureuse de pouvoir le faire. J’aime le fait d’avoir deux nationalités, car cela me donne le choix de concourir pour le pays que je veux. C’est aussi une grande aide de parler deux langues ! Cela m’aide énormément et me permet d’en choisir d’autres, plus simples, à l’école.

EQ : En parlant d’école, comment est organisé votre emploi du temps ?

MHB : Je suis les cours normalement, je n’ai pas d’emploi du temps aménagé. Je pense aller plus tard à l’université, afin d’avoir un diplôme. Mais j’aimerais toujours pouvoir monter à cheval à côté, et voir si un futur à cheval se dessine pour moi. C’est en effet très difficile de devenir cavalier professionnel.

EQ : Comment vous entraînez-vous ?

MHB : Je monte Beauty en général six fois par semaine, et en fonction de mon emploi du temps à l’école ; cela peut être avant, comme après les cours. Nous l’emmenons aussi régulièrement se défouler et galoper à la maison. Après, nous sautons en général deux fois par semaine, avec en plus les concours le week-end.

Molly Hughes Bravo devra malheureusement quitter la compétition poney le 1er janvier 2018, puisqu’elle atteint l’âge limite.

EQ : Admirez-vous certains cavaliers professionnels ?

MHB : J’ai de l’admiration pour mes deux parents, qui sont une source d’inspiration pour moi. J’aime la façon qu’ils ont de produire de jeunes chevaux. Ils prennent leur temps avec les chevaux, entre le moment où ils sont poulains et quand ils atteignent le haut niveau international. J’aimerais avoir le même talent, plus tard.

EQ : Quels sont vos qualités et vos défauts ?

MHB : Je peux parfois être un peu négative sur mes compétences en tant que cavalière et je devrais donc croire davantage en moi. Cependant, j’apprends aussi vite de mes erreurs et je suis capable de vraiment avoir confiance en mon poney.

EQ : À quelles compétitions avez-vous participé avant Lyon ?

Avant ma victoire d’Herning, j’ai également participé aux championnats d’Europe, à Bishop Burton. C’était d’ailleurs la troisième fois que j’étais sélectionnée. J’ai ensuite donné une petite pause à Beauty, et nous avons seulement participé aux compétitions locales afin de la garder en forme, moralement. Elle est maintenant en très bonne forme, et se sent vraiment bien, ce qui m’a permis de gagner à Herning puis à Lyon.

EQ : Vous gagnez le Grand Prix du CSI-PJT de Lyon, cela semblait pourtant mal engagé, puisque vous finissiez dernière de l’épreuve de vitesse. Qu’est-ce qui a changé ?

MHB : Oui, elle m’a un peu pris la main et était imprévisible vendredi. Samedi, elle était un peu plus décontractée.

EQ : Quels sont vos rêves pour la suite ?

Mon rêve serait bien sûr de devenir cavalière professionnelle et de participer aux Jeux olympiques. Et puis, pourquoi pas, aussi remporter une finale de la Coupe du monde 5* !

Propos recueillis par Roxane Grolleau © Scoopdyga

1 comentaire

  1. @ lire Témoignage : Je me nomme Cécile âgée de 33 ans.J’étais en relation avec mon homme il y a de cela 3ans et tout allait bien entre nous, à cause d’une autre femme il s’est séparé de moi depuis quelques mois. J’avais pris par tous les moyens pour essayer de le récupéré mais hélas ! Je n’ai fais que gaspiller mes sous. Mais par la grâce de dieu l’une de mes amies avait eut ce genre de problème et dont elle a eut satisfaction par le biais d’un nommé AZE au premier abord lorsqu’elle m’avait parlé de ce puissant je croyais que c’était encore rien que des gaspillages et pour cela j’avais des doutes et ne savais m’engager ou pas. [email protected] au fur des jours vu ma situation, elle insiste a ce que j’aille faire au moins la connaissance de ce puissant en question et c’est comme cela que je suis heureuse aujourd’hui en vous parlant. C’est à dire mon homme en question était revenu en une durée de 7jours tout en s’excusant,aujourd’hui il me suggère à ce qu’on se marie le plus tôt possible, je me plains même pas et nous nous aimons plus d’avantages. La bonne nouvelle est qu’actuellement je suis même enceinte de 2 mois. Sincèrement je n’arrive pas à y Croire qu’il existe encore des personnes aussi terrible, sérieux et honnête dans ce monde, et il me la ramené, c’est un [email protected] ne sais pas de quelle magie il est doté mais tout s’est fait en moins d’une semaine, il est fort dans tous les domaines.
    Tél (whasapp/Viber) : 0022966547777
    Voici son site : grand-marabout-retour-affectif.fr

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *