Romane Orhant : « Pour la finale, je vais essayer d’aller vite, chose que je ne fais jamais ! »

Jeune cavalière membre de l’équipe de France poney, Romane Orhant, associée au beau Quabar des Monceaux, participera, du 26 au 30 décembre prochain, à la finale du Ponies Jumping Trophy (PJT), organisé à Mechelen en Belgique. Accompagnée de sa compatriote, Ilona Mezzadri, elle s’élancera bientôt en quête d’une médaille tricolore mondiale !

EQ : Comment va ton fidèle poney, Quabar des Monceaux ? Votre préparation pour la finale du PJT se passe-t-elle bien ?

Romane Orhant : Quabar va très bien, et il est en pleine forme ! Avec son âge et son métier, je n’ai pas l’utilité de le travailler beaucoup, notamment à l’obstacle. Je fais simplement une ligne avant le concours et cela est suffisant. Je privilégie surtout le travail sur le plat entre les compétitions.

Romane Orhant aimerait beaucoup participer à des compétitions internationales avec sa ponette Aquina d’Elle.

EQ : Comment s’est passée l’étape d’Equita Longines de Lyon, qui t’a qualifiée pour la finale du PJT ?

RO : Le concours était super, mais malheureusement, je n’ai pas été à la hauteur.  Il s’agissait de mon concours de reprise et c’est vrai que je n’ai pas été assez dans le concours, de ce fait, j’ai fait quatre points au barrage.

EQ : Dans quel état d’esprit pars-tu pour cette finale du FEI PJT ?

RO : Le concours commence par une épreuve chasse, donc je vais essayer de jouer le jeu et d’aller vite, chose que je ne fais jamais ! Le but est d’essayer de s’élancer dans la compétition le mieux classé possible, il y a donc beaucoup d’enjeux dès le mercredi.

EQ : Y-a-t-il un couple qui te fait peur dans la compétition ?

RO : Je pense qu’ils font tous un peu peur. Si nous sommes tous sélectionnés, c’est que nous avons tous nos chances dans la compétition. Mais c’est vrai qu’il y a des couples qui ont l’habitude d’aller vite et ceux là, à la chasse, vont être les plus dangereux.

EQ : Penses-tu que tu as tes chances pour la victoire ? Quels sont tes points forts ?

RO : Je pense que répéter les sans-faute est une chose que je sais bien faire, donc cela pourra m’aider. Mais comme je le disais, mon plus gros défi est de réussir l’épreuve de la Chasse.

Romane Orhant représentera la France cette semaine, pour la finale du FEI PJT à Mechelen. © Scoopdyga

EQ : Pourquoi crains-tu d’aller vite ?

RO : Je n’ai pas trop l’habitude. Et finalement, même quand je pense aller vite, cela n’est pas assez. Pour être prête, je m’entraine à la maison, et je me remémore l’expérience du CSI du Mans, où j’avais essayé de jouer le chronomètre au barrage, ce qui m’avait valu une faute mais une très belle troisième place.

EQ : Que penses-tu du circuit PJT ?

RO : C’est intéressant pour nous, cavaliers poney, qui n’avons pas d’épreuve de chasse habituellement. Cela nous apporte de l’expérience mais également, c’est une occasion de côtoyer les cavaliers professionnels et ainsi apprendre de leur savoir-faire et technique lors d’une compétition. De plus, c’est plutôt agréable de les voir travailler et cela donne envie de continuer à cheval par la suite.

EQ : Y-a-t-il un couple professionnel que tu aimes particulièrement ?

RO : Oui, j’aime bien Steve Guerdat et sa belle Bianca. En plus, ils sont très rapides, cela est inspirant pour moi.

EQ : Aurais-tu aimé participer à cette compétition PJT avec ta ponette, Aquina ?

RO : Oui, j’aurais adoré mais Aquina n’est pas encore prête pour ce genre d’épreuves. J’espère que l’année prochaine, nous le ferons ensemble. Je préférerais davantage faire les concours TDA avec Quabar et les PJT avec Aquina.

EQ : Que ressentirais-tu si tu gagnais cette finale ?

RO : Je serais très contente ! Cela pourrait conclure une belle saison, et me permettre de repartir en 2019 en forme !

EQ : Quels sont tes projets pour 2019 ?

RO : L’année prochaine, j’aimerais faire plus de classements, faire un bon résultat au championnat de France et pourquoi pas, retourner aux championnats d’Europe !

EQ : Les championnats d’Europe ont-t-il été une bonne expérience pour toi ?

RO : Oui, c’était génial et nous avions une super équipe. Nous nous entendions très bien. Je ne sais pas si cela se répètera à chaque fois, mais cette année, cela s’est vraiment bien passé. Nous nous entraidions et soutenions tous beaucoup.

EQ : Comment fais-tu pour gérer tes compétitions et tes études ?

RO : Cela n’est pas si simple, mais pour l’instant j’arrive à joindre les deux. Cela est vrai que j’aimerais bien avoir un programme un peu plus aménagé, mais pour l’instant, ce n’est pas encore en projet. 

EQ : Tu passeras Noël à Mechelen cette année ?

RO : En réalité, je vais faire Noël à Paris avec ma famille et ensuite je partirai le 25 décembre, au soir, pour Mechelen. Direction la finale !

Par Manon Seguin © PSV Morel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *