Un cavalier pas comme les autres

Guillaume Recoing est cavalier professionnel de dressage, mais ne concourt qu’en catégorie Jeunes Chevaux. Soutenu par VLC Europe, une entreprise de revente de produits équins, le Français participe cette semaine aux championnats du monde Jeunes Chevaux à Ermelo, aux Pays-Bas, avec sa jument, Star de l’Océan. EQ est allé à sa rencontre.

Certains cavaliers sortent de l’ordinaire. Pourtant, rien ne destinait Guillaume Recoing, cavalier de dressage en catégorie Jeunes Chevaux, à participer cette année aux championnats du monde avec sa jument, Star de l’Océan. Le cavalier est d’ailleurs déjà à Ermelo, en Hollande, pour préparer la compétition.

Le Nantais d’adoption commence l’équitation à 7 ans : « Mes parents n’étaient pas du tout dans le milieu du cheval, explique-t-il. Mais mon grand-père faisait de la chasse à courre, alors j’ai demandé à monter à cheval, et ils ont accepté. » Le centre équestre dans lequel il est alors inscrit pratique peu la compétition, et sur de petites épreuves. « Il y avait surtout des challenge interclubs… » Malgré tout, il participe quand même à quelques-unes des plus grosses épreuves à l’extérieur, en saut d’obstacles et concours complet, puis se dirige de plus en plus vers le dressage. « J’aime bien l’idée de former un cheval à la base et jusqu’au plus haut niveau. Et puis les sensations sont uniques, lorsque que le cheval se donne à vous de cette façon ! » Il enchaîne les compétitions, puis se dirige tout naturellement vers la professionnalisation. Il découvre les jeunes chevaux lors d’une formation en Allemagne. « Ce qui me plaît, c’est de pouvoir former un cheval à partir de rien du tout. On a quand même des objectifs de performance sur des concours importants. »

Guillaume Recoing et Star de l’Océan seront à la finale des 5 ans à Saumur en Septembre.

Monture à toute épreuve

Sa jument, il l’a rencontrée grâce à sa compagne, Jessica Ildis. « Je n’étais pas très convaincu. Nous nous étions dit que nous n’achèterions qu’un trois ans cette année, ce qui était déjà fait. J’avais donc plus ce cheval en tête, et nous avons hésité. Je n’y ai plus pensé pendant quelques temps ; finalement, nous sommes revenus la voir et on l’a acheté. Mais si ma femme n’avait pas insisté, on ne l’aurait jamais acheté ! » Elle n’était alors pas débourrée, mais « elle avait un très bon pas, une énergie dans le trot, et le galop est sa meilleure allure : elle part fort vers le haut. » Lui semblant donc plus disposée à courir en dressage, il la fait débourrer par un ami, qui, comme lui, travaille au haras de Hus, et commence à sortir avec en compétition. Très vite, la jument perce, et est vice-championne de France des quatre ans dès sa première année de travail. « Il n’y a pas de championnats du monde pour les quatre ans, c’est pour ça que ce sont nos premiers », confie-t-il. Pour autant, le cavalier se veut confiant. « Je ne suis pas particulièrement stressé mais j’ai la pression de réussir à présenter de bonnes reprises et de montrer la qualité de ma jument. » Après tous les résultats que le couple a déjà comptabilisé, nul doute qu’ils y parviendront.

Un soutien sans faille

Guillaume Recoing et Star de l’Océan

Le sponsor, quant à lui, est trouvé depuis longtemps. Véronique Ligoureau-Conti, de la société VLC Europe, un revendeur de produits autour de la santé du cheval, le soutient depuis le début. « J‘ai pensé à lui parce que je pense que le dressage a besoin de sponsors, que ça manque, et il se trouve que j’aime cette discipline. J’ai voulu aussi soutenir un cavalier de Jeunes Chevaux, car ce sont eux qui donnent les bases aux bons chevaux de concours ensuite, et je les trouve peu valorisés par rapport à leur travail. » Elle souligne également les failles de la France dans cette discipline : « En Allemagne, c’est une profession qui est consacrée à l’éducation des jeunes chevaux. En France, cela est beaucoup moins connu, et puis il y a beaucoup de retard en dressage. » Si elle a choisi Guillaume Recoing en particulier, ce n’est pas un hasard. « Elle m’a donné son cheval à travailler, et, par ailleurs, je l’ai trouvé très professionnelle, j’ai donc accepté son partenariat », explique-t-il. Le cavalier connaissait aussi déjà ses produits, et les avait même approuvé. « On les emploie souvent quand on est professionnel. »

L’avenir est donc assuré, d’autant plus qu’après les championnats du monde des jeunes chevaux, il prévoit de partir avec sa jument aux finales des cinq ans, à Saumur, au mois de septembre.

Célia Bellot © Collection Privée.

1 comentaire

  1. Témoignage: je me nomme Mariam je suis algérienne d’origine mais je vie en France ; mère de 3 enfants. Je vivais avec mon mari avec un grand amour, il est tombé sur le charme d’une jeune fille dans son boulot , mon mari a changé du jour au lendemain , il ne dors plus à la maison , il ma même dit en face qu’il ne veut plus de moi qu’il ne m’aime plus ,je ne fais que pleurer chaque jour , j’ai consultée des marabouts sur le net sans résultat.DIEU merci j’ai parlé de ma situation à un collègue de travail qui m’a donné le contact d’un Grand Maitre au nom de AZE CHANGO,il vit au Bénin dans un petit Village c’est lui qui m’a ramené mon homme très amoureux et nous sommes très heureux,Mon mari est revenu à la maison apres 7jours de travaux magique.Pour tous vos problèmes,je vous laisse son contact tél : whasapp/Viber: (0022966547777)

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *