Village équestre de Conches : un établissement aux mille visages

Situé près de Conches-en-Ouche, près d’Évreux, le village équestre de Conches accueille toute l’année des jeunes intéressés par l’équitation : collège et lycée équestres, colonies de vacances tournant autour du poney mais pas seulement, découverte de nouvelles disciplines, l’établissement met un point d’honneur à faire découvrir le sport avec exigence mais sans dénier les qualités de l’animation. 
Tout le village équestre de Conches tourne autour du cheval, mais surtout des jeunes qui le fréquentent toute au long de l’année. En période scolaire, l’établissement est le lieu de vie des jeunes élèves du collège et du lycée au coeur de l’infrastructure. Et pendant les vacances, ce sont au tour des jeunes vacanciers de prendre la relève, sur les deux sites qui peuvent les accueillir, séparés d’un kilomètre l’un de l’autre. Mais tout au long de l’année, c’est la même volonté de pratiquer l’équitation dans la bonne humeur, mais avec exigence, qui dicte la pédagogie des moniteurs et instructeurs de l’établissement.

Un collège et lycée équestres

Le village équestre de Conches permet aux enfants de vivre leur passion dans un cadre très agréable.

Parmi les premiers établissements à tenter l’expérience du sport-étude, le village équestre de Conches décide dès le début d’aller encore plus loin dans l’aventure, en incorporant l’établissement scolaire directement au sein du centre équestre. Il accueille aujourd’hui une trentaine d’élèves, de la sixième à la terminale, en filière générale ou bac pro Conduite et gestion des entreprises hippiques (CGEH). Les enfants font alors 1h30 d’équitation chaque jour, avec l’instructrice Sandrine Chéhut, et suivent leurs cours en partenariat avec le CNED : « Ils sont répartis en classe de cinq à six, et profitent de dix à quinze heures d’enseignement par semaine avec leurs professeurs », précise Goulven Salaun. Les enfants peuvent ainsi profiter de conditions d’apprentissage optimales : « Ils progressent très vite à cheval, mais aussi en cours. Les élèves accueillis ont des niveaux et des objectifs et des niveaux très diverses : du Galop 2 au Galop 7, avec la possibilité de sortir en concours, jusqu’au niveau Amateur Élite, les week-ends. Certains veulent continuer plus tard dans le monde du cheval, d’autres pas du tout. Hormis la passion de l’équitation, qui est la même chez chaque enfant, les profils que nous accueillons sont très divers », explique Goulven Salaun.

Des stages pour la découverte de l’équitation mais pas que…

Le village équestre, fort de nombreuses infrastructures, propose également des stages pour les enfants de six à dix-neuf ans : « Nous proposons deux types de stages : des stages uniquement orientés sur l’équitation, accessibles de six à dix-neuf ans, et d’autres qui lient la passion du cheval et la découverte d’autres sports. Ces semaines sont uniquement accessibles aux enfants à partir de douze ans », détaille Goulven Salaun. L’après-midi, les enfants peuvent alors s’essayer à l’accrobranche, canoë, ou encore kayak, après avoir passé la matinée à poney. « Mais même dans les stages qui ne tournent qu’autour de l’équitation, c’est l’occasion de découvrir de nouveaux rapports au cheval, comme avec la voltige, par exemple. Cela peut aussi être l’occasion pour les enfants de passer leurs Galops ! » La cavalerie de cent trente équidés est capable de prendre en charge les cavaliers du débutant au confirmé. Les enfants sont répartis sur deux sites, situés à quelques centaines de mètres l’un de l’autre, un réservé aux enfants de six à treize ans, et l’autre pour les plus âgés. Des animations sont aussi prévus chaque soir pour occuper les enfants, avec Cluedo géant, ou des jeux d’eau si le temps le permet, par exemple.

Une école pour les moniteurs

Pour se garantir toujours la même qualité d’enseignement, le village équestre de Conches forme également ses propres moniteurs : « Notre formation s’organise en un ou deux ans. La première est réservée au passage du diplôme d’Animateur assistant d’équitation (AAE), puis la seconde au BPJEPS. Nous avons besoin l’été d’une quinzaine d’enseignants, il est donc important pour nous d’en former certains. Avec la volonté de transmission, la qualité de l’équitation de nos moniteurs est primordiale, un piquet de chevaux leur est donc réservé ». Des places sont d’ailleurs toujours disponibles pour la rentrée prochaine…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *