Et Arthur Le Vot remporte le Grand Prix Jeunes !

La dernière épreuve du week-end aura maintenu le suspense jusqu’au bout de la soirée. Seulement quatre cavaliers ont réussi à venir à bout du parcours sans pénalité. Avec un double sans faute et un barrage extrêmement rapide, Arthur Le Vot s’impose finalement et fait résonner la Marseillaise sur le terrain d’honneur de Fontainebleau.

 - Et Arthur Le Vot remporte le Grand Prix Jeunes !

La deuxième marche du podium est aussi occupée par un Français, Alexis Goulet Crédit : PSV/Morel 

 

Le dernier Grand Prix CWD Jeunes du week end aura maintenu les spectateurs en haleine. Soixante-neuf cavaliers ont pris le départ de ce parcours extrêmement technique. La dernière ligne, notamment, constituée d’un triple, d’un vertical puis d’un oxer a particulièrement écrémé les rangs. Il aura fallu attendre que plus de la moitié des cavaliers soit passée pour enfin assister à un sans-faute !

C’est l’Allemade Teile Carstensen qui a ouvert le bal, suivie par le Suisse Edouard Schmitz. Enfin, les deux cavaliers français Arthur Le Vot et Alexis Goulet prennent aussi le départ du barrage.

Si les quatre barragistes signent un deuxième parcours sans-faute, c’est finalement Arthur Le Vot qui est le plus rapide. Son compatriote Alexis Goulet l’accompagne sur la seconde marche du podium. Le Suisse Edouard Schmitz termine quant à lui à la troisième place.

Arthur Le Vot était très satisfait de son week end : « Mon cheval, Vinchester, n’a pas touché une barre du week end. Il était même de mieux en mieux ! J’ai travaillé chaque épreuve en vue de ce Grand Prix, je suis donc extrêmement satisfait que cela ait payé ! Mais rien n’aurait été possible sans mon équipe et mes sponsors. »
De son côté, Alexis Goulet, qui a remporté le Grand Prix de Opglabbek, reconnaît la difficulté du tour : « C’était un parcours extrêmement compliqué, mais j’ai la chance d’avoir un cheval, Cannavaro, extraordinaire, et qui a déjà couru des très bonnes épreuves avec son propriétaire Fabrice Dumartin. C’était donc beaucoup plus facile. Il est extrêmement respectueux, avec d’énormes moyens. La dernière ligne était difficile mais je savais que, comme j’ai un très bon cheval, si je montais correctement, j’allais être sans faute ».

Les résultats ici

Par Roxane Grolleau © PSV/Morel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *