Un médecin du Piémont rend visite à ses patients à cheval

Il a 63 ans, est médecin et galope chaque jour de demeure en demeure pour rendre visite à ses patients. Ce portrait pourrait tout droit venir d’un autre temps et pourtant cet homme vit bel et bien au XXIème siècle. EQ vous présente l’atypique docteur Roberto Anfosso.

Dans le nord de l’Italie, où règne sur les campagnes paisibles l’odeur des noisettes et le goût du vin qui ont donné à cette région du Piémont sa réputation, un docteur rend quotidiennement visite à ces fidèles patients. Jusque-là rien d’anormal. Cependant, ce n’est pas à bord d’une voiture de fonction ou juché sur un vélo que ces derniers ont l’habitude de voir débarquer le bon praticien, mais bien à cheval. Depuis dix ans, Roberto Anfosso, médecin de profession, cavalier par passion, chevauche de ferme en ferme pour effectuer ses consultations.

 

Passion et métier originalement combinés

Une aventure qui a démarré suite à un concours de circonstance. Il y a une dizaine d’année alors que le docteur, cavalier depuis l’âge de quatorze ans, s’apprêtait à partir pour une balade équestre, il reçoit un appel pour une visite à domicile. Plutôt que de changer ses plans, Roberto Anfosso fait alors d’une pierre deux coups et se rend à son rendez-vous à cheval.

« Quand je suis arrivé, le patient me regardait bizarrement et ne me faisait pas entrer, tellement il était surpris », se souvient-il.

Un moyen de locomotion que ce petit-fils d’officier de cavalerie n’a plus quitté depuis, alliant de ce fait sa passion équestre à son métier. « Chaque semaine, je parcours quatre-vingt à cent kilomètres à cheval. Durant les trois premières années, j’ai fait mille visites comme ça, et depuis, j’ai arrêté de compter » narre le médecin en souriant.

Une aventure rendue possible par le caractère peu urgent de ses visites : « C’est l’un des coins d’Italie où la longévité est la plus élevée. Les patients à qui je rends visite à cheval ont soixante-dix ans et plus. Le plus âgé a cent-quatre ans. Il faut aller voir les anciens qui ne se déplacent pas. Ce sont en général des visites de routine, qui ne sont pas urgentes mais qui sont à faire, pour contrôler le diabète, la pression, le cœur… », explique-t-il encore.

 

Le cheval pour créer des liens

Été comme hiver, l’homme aux cheveux devenus grisonnants s’attelle donc de bon gré à sa tâche. Désormais accompagné d’Ambra, sa valeureuse jument alezane de quatre ans, il continue de sillonner ainsi les campagnes à la poursuite de son prochain patient. Et outre son plaisir personnel, il assure que sa relation avec ses patients s’est vue améliorée par la présence de ses complices à sabots : « Cela crée un rapport particulier avec le patient, on parle du cheval et du coup, il devient une sorte de trait d’union, les barrières tombent ».

Pour lui, le simple contact avec le cheval change instantanément les idées de ses patients : « Les anciens sont souvent fixés sur leurs pathologies et parlent constamment de cela. Le cheval les distrait de leur situation personnelle et sur les vingt minutes que dure la visite, dix sont consacrées à parler du cheval, de leurs souvenirs, etc. » Et les incitent à créer des liens et à s’ouvrir au monde extérieur : « Très souvent, ils offrent à manger, proposent de leur vin. Ils sont quasiment tous producteurs. Ils débouchent une bouteille et on ne peut pas refuser car ce serait comme refuser l’hospitalité et le fruit de leur travail », s’émeut le bon docteur.

Un point de vue que partage Ignazio Fortino, soixante-dix ans, l’un de ses patients et ami visiblement ravi de ses visites particulières : « Nous sommes habitués à le voir arriver à cheval. Pour nous, il n’y a rien d’étrange là-dedans. Cela donne l’impression qu’il prend son temps et qu’il prend plus soin de ses patients. »

 

Un médecin passionné, des patients comblés. Une belle histoire qui n’est pas sans nous rappeler que dans ce monde où tout va toujours plus vite, les moyens d’antan ont parfois du bon. 

 

Anaïs Durr

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *